Martedì, 17 Ottobre 2017
Martedì 22 Ottobre 2013 19:37

La tradition de Jésus face à la religion chrétienne (Leonard Boff)

Valuta questo articolo
(0 voti)

Pour retrouver la crédibilité perdue par l'Eglise, il n'existe pas d'autre chemin que revenir à la Tradition de Jésus, ce que fait avec sagesse le pape François.

Pour bien comprendre le christianisme, il est nécessaire de faire certaines distinctions, acceptées par la majorité des spécialistes. Par exemple, il est important de distinguer entre le Jésus historique et le Christ de la foi. Par Jésus historique, on entend le prédicateur et le prophète de Nazareth tel qu'il a réellement existé sous César Auguste et Hérode. Le Christ de la foi est le contenu de la prédication de ses disciples, qui l'ont vu comme Fils de Dieu et Sauveur.

Une autre importante distinction est celle qu'il faut faire entre le Royaume de Dieu et l'Eglise. Le Royaume de Dieu est le message original de Jésus. Il s'agit d'une révolution absolue, redéfinissant les rapports des êtres humains avec Dieu (fils et filles), avec les autres (tous frères et soeurs), avec la société (situation centrale des pauvres) et avec l'univers (imminence d'un ciel nouveau et d'une terre nouvelle). L'Eglise a pu exister du fait que Jésus a été rejeté et qu'à cause de cela, le Royaume ne s'est pas réalisé. Il s'agit d'une construction historique qui tente, à travers les époques et les cultures, de concrétiser l'inspiration de Jésus. Elle s'est incarnée principalement en Occident, mais aussi dans la culture orientale, chez les coptes et d'autres.

Il est important aussi de distinguer la Tradition de Jésus et la religion chrétienne. La Tradition de Jésus est antérieure à la rédaction des Evangiles, bien qu'elle y soit contenue. Les Evangiles ont été écrits entre 30 et 60 ans après l'exécution de Jésus. Entretemps, communautés et églises s'étaient déjà organisées, avec leurs tensions, leurs conflits internes et leurs formes d'organisation. Les Evangiles sont le reflet de cette situation et ils y prennent parti. Ils ne prétendent pas être des livres d'histoire, mais des ouvrages d'édification et de diffusion de la vie et du message de Jésus, comme le Sauveur du monde.

Dans tout cela, que signifie la Tradition de Jésus? C'est le noyau dur, le contenu qui tiendrait dans une coquille de noix et qui représente l'intention originale et la pratique de Jésus (ipsissima intentio et acta Jesu) en amont des interprétations qui en ont été faites. Il peut se résumer en quelques points: En premier lieu vient le rêve de Jésus, le Royaume de Dieu, comme révolution absolue de l'histoire et de l'univers, source de conflits car s'opposant au règne de l'empereur. Vient ensuite son expérience personnelle de Dieu qu'il a transmise à ses adeptes: Dieu est Père (Abba), plein d'amour et de tendresse. Sa caractéristique propre est d'être miséricordieux, d'aimer les ingrats et le méchants (Lc 6,35). Jésus prêche et vit cet amour inconditionnel qu'il place sur le même plan que l'amour envers Dieu.

Autre point: il met au centre les pauvres et les invisibles. Ils sont les premiers destinataires et bénéficiaires du Royaume, non du fait de leur condition morale, mais parce qu'on les prive de la vie, ce qui conduit Dieu à opter pour eux. C'est le comportement que nous avons à leur égard qui décide si nous sommes ou non héritiers du salut (Mt, 25-46).

La communauté est un autre aspect important. Il a choisi douze hommes pour vivre avec lui; or ce chiffre douze est symbolique: il représente la réunion des douze tribus d'Israël et la réconciliation de tous les peuples en un seul: le Peuple de Dieu.

Enfin, l'usage du pouvoir. Seul est légitime cet usage s'il est service de la communauté. Celui qui en a la charge doit toujours rechercher la dernière place.

Cet ensemble de valeurs et de visions constitue la Tradition de Jésus. Il ne s'agit donc pas d'une institution, d'une doctrine ou d'une discipline. Ce que voulait Jésus c'était enseigner à vivre et non créer une nouvelle religion avec les pieux fidèles d'une institution. La Tradition de Jésus est un beau rêve, un chemin spirituel qui peut prendre de nombreuses formes et qui peut aussi avoir des adeptes en dehors du cadre religieux ou ecclésial.

Au cours de l'histoire, la Tradition de Jésus s'est transformée en religion, la religion chrétienne; une organisation religieuse formée de diverses églises, l'église catholique-romaine en particulier. Leurs caractéristiques sont d'être des institutions ayant leurs doctrines, leurs disciplines, leurs règles morales, leurs formes rituelles de célébration et de normes juridiques. Concrètement, l'église catholique romaine s'est organisée autour du pouvoir sacré (sacra potestas), le concentrant dans les mains d'une petite élite qui est la hiérarchie ayant à sa tête le Pape, à l'exclusion des laïcs et des femmes. C'est elle qui décide et a le monopole de la parole. Elle est de structure hiérarchique et facteur de grandes inégalités. Elle s'est identifiée illégitimement avec la Tradition de Jésus.

Ce genre de mutation historique a recouvert de cendres grande partie de l'originalité et du charme de la Tradition de Jésus. C'est la raison pour laquelle toutes les églises sont en crise, ayant cessé d'être « grande joie pour tout le peuple » (Lc 2,11) comme ce fut le cas à leurs débuts.

Jésus lui même, ayant entrevu cette évolution, avait signalé qu'il est inutile d'observer les lois « sans se préoccuper du plus important: la justice, la miséricorde et la foi: c'est cela qui importe sans cesser de pratiquer le reste » (Mt, 23-23).

Pour relier tout ceci à l'actualité, on peut se demander en quoi réside la fascination qu'inspirent la personne et les discours du pape François. C'est qu'ils renvoient directement à la tradition de Jésus. Il affirme que « l'amour passe avant le dogme et le service des pauvres avant les doctrines » (Civilta Cattolica). Sans ce changement d'orientation le christianisme perd « la fraicheur et le parfum de l'Evangile » pour se transformer en idéologie religieuse et devenir une obsession doctrinaire.

Pour retrouver la crédibilité perdue par l'Eglise, il n'existe pas d'autre chemin que revenir à la Tradition de Jésus, ce que fait avec sagesse le pape François.

Leonardo Boff

18 Octobre 2013

paru dans « Servicios Koïnonia », site Brésilien

(Trad. Maurice Audibert)

 

Ultima modifica Martedì 22 Ottobre 2013 20:04
Fausto Ferrari

Fausto Ferrari

Religioso Marista
Area Formazione ed Area Ecumene; Rubriche Dialoghi, Conoscere l'Ebraismo, Schegge, Input

Iscriviti alla Newsletter per ricevere i nostri "Percorsi Tematici" e restare aggiornato sui migliori contenuti del nostro sito